Tous les articles par Claire de Castellane

Pour retrouver Olivier Korber en concert

Mardi 06 février à 12h
La Défense – Auditorium de la Société Générale
En avant-première de la sortie de disque
Programme Chopin
Entrée uniquement sur invitation
RÉSERVER DES PLACES

Jeudi 08 mars à 20h30
Paris – Mairie du 5ème arrondissement
Concert Rachmaninoff
Sélection de mélodies, Concerto n°3 en ré mineur opus 30
Avec Victoria Shereshevskaya (mezzo-soprano)
et l’orchestre Les Déconcertants dirigé par Pierre-Alexis Touzeau

Samedi 21 avril à 20h30
Paris – Centre culturel Alex Manoogian
Récital violon et piano avec Zara Amiraghyan
Franck, Baghdasaryan

Vendredi 25 mai à 20h
Louviers – Le Moulin
Schumann : Konzerstück opus 92 pour piano et orchestre
Orchestre du CRR de Rouen dirigé par Claude Brendel

Olivier Korber sort son premier album !

« Une interprétation des Études opus 25 de Chopin vraiment exceptionnelle ».
                                                                                                                                          François-René DUCHÂBLE
« Sens narratif évocateur, construction de chef d’orchestre, magnifique prise de son, toucher recherché, piano à la sonorité de velours … »                                                                  Émile NAOUMOFF


Les 12 Études opus 25 de Chopin ont accompagné le Double Jeu quotidien d’Olivier KORBER entre salle de marché et salle de concert. 

C’est donc tout naturellement qu’il a élaboré son premier album autour de cette grande fresque poétique, proposant un parcours musical mêlant nostalgie et audace chez Chopin.
D’abord la nostalgie d’une Venise que le compositeur ne visitera jamais (Barcarolle opus 60), puis celle des rythmes polonais et des amours perdus (Mazurkas opus  59 et Polonaise-Fantaisie opus 61). Et vient l’audace, celle du pianiste-compositeur, qui réinvente le piano dans ses Études, puis tracera dans ses ultimes chefs-d’oeuvre les chromatismes du futur.


CHOPIN Barcarolle opus 60

CHOPIN Mazurka opus 59 n°3

CHOPIN Étude opus 25 n°6

[Extraits au format mp3 320kbps]


Programme du disque :

Direction artistique, prise de son, montage : Hugues DESCHAUX
Piano Steinway D préparé par Cyril Mordant (Régie pianos)
Livret : Olivier Korber
Photos: Laurent Bugnet
Production : Collection 1001

Booking pour les concerts :
Claire de Castellane
claire@castel-production.com
+33 9 72 37 17 27


Revue de presse Kaléidoscope Elsa Grether

L’intégralité de la revue de presse est consultable ici : http://castel-production.com/wp-content/uploads/2017/12/Extraits-articles-presse-Kal%C3%A9idoscope-Elsa-Grether.pdf


♦   GRAMOPHONE, Charlotte GARDNER : « The French violinist Elsa Grether isn’t such a well-known name in the UK, but her recording of Bloch’s two violin sonatas was enthusiastically received in these pages by Edward Greenfield (9/13). I’m about to continue in that enthusiastic vein here ».
« La violoniste Elsa Grether n’est pas tellement connue au Royaume-Uni, mais son enregistrement des deux sonates de Bloch avait reçu un accueil enthousiaste dans ces pages par Edward Greenfield en septembre 2013.  Je vais poursuivre avec le même enthousiasme ».

« To say Grether has met her brief is an understatement. This is easily my favourite solo recital in quite some while ».
« Dire que Grether a atteint son but est une évidence. Il s’agit tout simplement de mon récital solo favori depuis longtemps ».

Pour lire la critique en entier :
https://www.gramophone.co.uk/review/elsa-grether-kaleidoscope


♦   DIAPASON, Jean-Michel MOLKHOU : « … Rares sont les interprètes qui explorent les trésors plus insolites comme le fait Elsa Grether, après deux albums aux programmes déjà judicieux (…) Elle confirme la personnalité de son style. Sa flamme intérieure anime des phrasés vivants, et la maîtrise des lignes polyphoniques ne tombe jamais dans l’emphase. Rien de péremptoire ici ni d’artificiel, rien de maniéré ni de racoleur, et une naturelle qualité d’intonation ».


♦  CLASSICA, Michel Le Naour : « l’archet souple, la noblesse de jeu et la richesse de coloris du violon d’Elsa Grether donnent à cet enregistrement toute sa valeur ».


♦   PIZZICATO MAGAZINE, Uwe Krusch : « French violinist Elsa Grether combines typical works as well as slightly unusual pieces from Albeniz, Honegger and Khachaturian and the really extraordinary Métal Terre Eau by Ton-That Tiet. Grether’s playing is technically outstanding, dynamic and vivid, with a silky timbre ».

« La violoniste française Elsa Grether combine des œuvres typiques avec des œuvres légèrement plus inhabituelles d’Albeniz, Honegger et Khatchaturian, ainsi que le magnifique Métal Terre Eau de Ton-Thât Tiêt. La technique de jeu de Grether est extraordinaire, dynamique et vivante, avec un timbre soyeux ».

Elsa Grethers weitgespreiztes Soloalbum


♦   ARTAMAG, Jean-Charles Hoffelé : « Programme autour de la note ré, savamment composé, de Bach à Tôn Thât Tiêt (les deux premières plages enchaînent, créant une correspondance fulgurante) où Elsa Grether dévoile ce que le violon n’est pas immédiatement pour tout un chacun : un instrument multiple, capable des polyphonies les plus expressives, ce que la Chaconne de la Deuxième Partita de Bach, manifeste brandi par les violonistes depuis que Georges Enesco en fit son étendard, proclame, mais aussi d’un discours poétique où la suggestion sonore inféode la forme elle-même.

Sommet du disque, la vaste Sonate en quatre mouvements écrite par Arthur Honegger au cœur de la Seconde Guerre mondiale, qui cherche justement chez Bach une spiritualité ardente que le Presto final magnifie de ses arpèges inextinguibles, parole brûlante que l’archet de la jeune violoniste déploie en oriflamme.

L’album a d’ailleurs deux versants, le savant, et le populaire : la Sonate-monologue de Khatchatourian cousue de thèmes arméniens est injustement délaissée aujourd’hui, mais côté folklore, c’est la stupéfiante transcription de l’Asturias d’Albéniz signée par Xavier Turull, qui me tire l’oreille. L’original pour piano y faisait entendre une guitare, Elsa Grether y fait voir des gitans, entendre les mélismes d’un cantaor, en avive le feu noir.

Pourtant, c’est à la Sonate « Ballade » d’Eugène Ysaÿe que je reviens sans cesse. Elsa Grether en sculpte le récitatif intense d’un archet profond, en magnifie le ton de légende désolée, trouvant derrière l’âpreté de la ligne tout un monde quasi expressionniste. Ce violon est un orchestre. »

http://www.artalinna.com/?p=8596

 

Michel Legrand Piano solo – Deux concerts exceptionnels

Michel Legrand donnera deux représentations exceptionnelles de Piano solo Dimanche 29 octobre à 15h et 20h au Théâtre de l’Atelier (75018).

Avec Piano solo Michel Legrand s’adresse à son public, comme dans un club de jazz, en lui proposant, en toute intimité, un déroulé de sa vie musicale, fait d’improvisations au piano sur ses plus grands thèmes (les moulins de mon cœur, I will wait for you, You must believe in spring, …).

Pour réserver : http://www.fnacspectacles.com/place-spectacle/manifestation/Musique-classique-MICHEL-LEGRAND-PIANO-SOLO-TALEG.htm#/calendrier/.

Michel Legrand en répétition :

Kaléidoscope – Bel article d’Alain Cochard

http://www.concertclassic.com/article/elsa-grether-en-tournee-avec-lorchestre-symphonique-de-briansk-archet-race

ELSA GRETHER EN TOURNÉE AVEC L’ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE BRIANSK – ARCHET RACÉ

Il y a bientôt deux ans, la sortie d’un splendide enregistrement Pierné, Vierne et Fauré (« French Resonance ») avec François Dumont au piano (1) faisait l’objet d’un « Disque de la Semaine » dans nos colonnes. Nouvelle réalisation discographique de la violoniste française, « Kaléidoscope », récital en solo réunissant des pages de Bach (Chaconne), Tôn-That Tiet (Métal Terre Eau), Ysaÿe (Sonate n° 3), Khachaturian (Sonate-Monologue), Honegger (Sonate en ré mineur) et Albéniz (Asturias), illustre à nouveau les qualités de l’ancienne élève du Ruggiero Ricci.(2)

Plutôt que de toujours déplorer la relative pauvreté du paysage violonistique français – indéniable réalité –, par comparaison avec l’incroyable vivier dont on dispose côté violoncelle et alto, commençons par mettre l’accent sur les forces en présence. De ce point vue, une évidence : Elsa Grether fait partie de nos grandes violonistes et il serait temps que tous les organisateurs de concerts en prennent pleinement conscience.
Humaine autorité dans Bach et Honegger, mystère dans Tôn-That Tiet, puissant souffle narratif dans Ysaÿe et Khachaturian (méconnue, la Sonate-Monologue vaut le voyage !) : ce « kaléidoscope » captive de bout en bout, avec pour récompense au terme d’un exigeant mais prenant parcours le soleil d’Albéniz (bien transcrit par Xavier Turull).

La curiosité d’Elsa Grether ne la détourne pas pour autant des chevaux de bataille du répertoire. Cet été, elle enfourche le Concerto de Tchaïkovski, aux côtés de l’Orchestre symphonique de Briansk (dirigé par Edward Ambartsumyan), pour une tournée qui la mène à l’Abbaye de Fontenay (8/07), à Cluny (27/07) et à Meymac (29/07).
La musique de chambre ne disparaît par pour autant de son horizon : concert partagé avec Régis Pasquier, l’un de ses maîtres, à Reims (12/07), puis avec Sonia Wieder-Atherton – flamboyant dialogue en perspective ! – aux Estivales d’Arténétra (23/07), avant qu’elle ne retrouve deux partenaires pianistes de prédilection : Marie Vermeulin (6/08, Festival des Douves d’Onzain) et François Dumont, le 22 août à la Côte-Saint-André. Rien d’étonnant à ce que Bruno Messina, directeur avisé, ait fait place à un tel duo à l’affiche du Festival Berlioz pour un original programme à dominante anglaise.

Alain Cochard
logo signature article
www.concertclassic.com/article/french-resonance-par-elsa-grether-et-francois-dumont
1 CD Fuga Libera FUG 742, dist. Outhere


8 juillet –  Festival Musique et Patrimoine à l’Abbaye de Fontenay  (avec l’Orchestre symph. de Briansk)
www.ot-montbard.fr/event/concert-a-labbaye-de-fontenay-2/ 

12 juillet – Flâneries Musicales de Reims, en duo avec Régis Pasquier
www.flaneriesreims.com/c705-concert-du-12-07-2017-16h00-flaneries-musicales-de-reims.html

23 juillet – Estivales d’Arténétra, avec Sonia Wieder-Atherton, violoncelle
www.artenetra.com/concerts

27 juillet – Festival Les Grandes Heures de Cluny (avec l’Orchestre symph. de Briansk)
www.grandesheuresdecluny.com/concerts/concert-g

29 juillet – Meymac (avec l’Orchestre symph.) de Briansk
www.tourismecorreze.com/fr/tourisme_detail/concert_-_soiree_tchaikovski.html

6 août – Festival des Douves d’Onzain, avec Marie Vermeulin, piano
www.lesdouvesonzain.fr/saison-culturelle/

22 août – Festival Berlioz, avec François Dumont, piano
www.festivalberlioz.com/Lord-Violin

Kaléidoscope- Premiers échos presse

Alain COCHARD, Concertclassic : « Humaine autorité dans Bach et Honegger, mystère dans Tôn-That Tiet, puissant souffle narratif dans Ysaÿe et Khachaturian : ce « kaléidoscope » captive de bout en bout, avec, pour récompense, au terme d’un exigeant mais prenant parcours, le soleil d’Albéniz ».
http://www.concertclassic.com/article/elsa-grether-en-tournee-avec-lorchestre-symphonique-de-briansk-archet-race

Yvan BEUVARD, Classiquenews :  « Ce disque original et riche, où au plus familier succède le plus rare, est un bijou précieux, dont on ne se lasse pas. Le jeu libre, épanoui, d’une exceptionnelle maîtrise, toujours sensible, relève du grand art.  De programme en programme, d’enregistrement en enregistrement, Elsa Grether s’affirme comme une des plus douées et des plus inspirées de nos jeunes violonistes ».
http://www.classiquenews.com/cd-compte-rendu-critique-elsa-grether-kaleidoscope-1-cd-fuga-libera-2017/