Utopian Wind

Pascal Contet joue de l’accordéon. C’est faux. C’est son accordéon qui chante, crie, souffle, pleure, gémit, rit, halète, siffle ou chuchote. A l’issue d’un concert de Pascal Contet, le public est unanime : il n’existe pas d’autre instrument dont la palette musicale puisse donner naissance à une telle variété de sonorités et de couleurs, et qui évolue avec autant d’aisance dans des registres musicaux aussi différents que la musique populaire, le gypsy-jazz, le tango, le classique – et avant tout dans celui de la musique contemporaine.

Pascal Contet se défend de se laisser enfermer dans un quelconque clivage, qu’il soit technique ou stylistique. Dès les premiers accords, il emballe son auditoire et l’entraîne dans son univers sonore bien à lui. Plus d’une fois on se demande comment il parvient à extraire de son instrument tous ces sons et ces effets incroyables. Dans ses concerts il se promène de Jean-Sébastien Bach à Franz Schubert en passant par Domenico Scarlatti, d’Astor Piazzolla aux compositeurs contemporains Luciano Berio, Jean Françaix ou Arne Nordheim. Des compositeurs actuels comme Franck Bedrossian, Bernard Cavanna, Ivan Fedele, Philippe Hurel, Bruno Mantovani, Marc Monnet, Yann Robin entre autres lui ont dédié des créations.

Et quand Pascal Contet improvise, toutes les frontières entre les différents genres musicaux sont abolies.

Hans-Joachim Gögl,
Tage der Utopie (A) Festival (Traduction Monique Carnet)


 

logo_plein_jeu_de_pascal_contet                                                présente                    Sans titre


« Le compositeur et accordéoniste Pascal Contet trouve les accents rauques qu’il faut pour tenir le rythme. Superbe voix que celle de l’accordéon qui crie parfois d’un souffle muet, d’une respiration presque humaine.« 
Télérama

Revue de presse


Agenda Concert

Pascal2